Enfin, je refuse de m'engager dans ce que l'on ne peut pas appeler un débat, mais un combat de rue, où chaque camp est crispé sur ses positions. Il n'y a aucun dialogue, mais des échanges d'invectives, où la mauvaise foi et la bêtise sont à peu près également partagées. Cette manière de légiférer et de prendre des décisions collectives est profondément affligeante.

Le mariage pour tous, la hadopi de la gauche - Authueil